1ère connexion 2014

Bonjour à toutes et à tous !
Je vous présente mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année qui débute. Qu’elle vous comble de bienfaits, vous apporte bonheur, santé et succès.
Le projet « Cher moi » étant quelque peu tombé dans l’oubli, ce blog m’est devenu, par la force des choses, quelque peu étranger. Je pensais retranscrire ici tous les aléas d’une vie d’un apprenti auteur et lorsque je vous mettais au parfum concernant un projet en cour, neuf fois sur dix, ledit projet mourrait dans l’œuf. Je pense que c’est surtout pour cette raison que je n’ai plus trop partagé de choses ici.

Je peux tout de même l’annoncer ici, maintenant que le bébé est sous presses, le 16 Janvier prochain sortira mon tout premier album pour enfants. Ce dernier, intitulé « Dans mon imagination », est publié chez Nats Editions. On y suit une petite fille qui, forte d’une imagination débordante, va se croire tour à tour un moustique scotché sur la vitre d’un avion, un ours polaire devant faire le ménage pour ses invités les manchots et tout un panel d’autres personnages aussi farfelus. Vous pouvez retrouver toutes les infos ici.

Pour le moment, je me défends d’écrire un texte plus long qu’une courte nouvelle. Je ne me sens pas encore assez mûr pour attaquer quelque chose d’une telle envergure. Le mot m’effraie déjà. ROMAN. Sans doute en raison des tas d’essais infructueux, de chapitres jetés à la corbeille ou par manque de temps et d’intérêt. Parce que, ce que l’on oublie lorsqu’on parle d’un roman, c’est ce que ce n’est pas l’affaire de quelques jours. Certains y arrive. Je ne suis pas de cette trempe d’écrivain. J’aime prendre mon temps.

C’est pourquoi, j’écris des textes pour enfants. Ce n’est pas une question de facilité. Les auteurs jeunesse opineront du chef en lisant cette phrase, car il est bien plus compliqué d’écrire lorsque le public visé est un enfant. Il faut aller à l’essentiel, ne pas s’encombrer de longs passages descriptifs – il n’y a pas la place et encore moins le temps -, tout doit aller assez vite tout en étant clair. Bref : un casse-tête. Mais écrire pour les enfants est, et ça n’engage que moi, quelque chose d’immédiat. Pas qu’il ne faille pas le retravailler après le premier jet, bien au contraire. Mais, ayant des enfants moi-même, je sais ce qui fonctionne tout de suite. Soit l’enfant est happé par l’histoire, soit il va vous interrompre toutes les cinq secondes pour vous demander je-ne-sais-quoi sur l’illustration ou sur le dernier mot que vous venez de lire.

Et puis, cela me permet de me fixer des objectifs à courts termes. Je ne dis pas que chaque histoire est géniale. Je garde dans d’obscurs fichiers, des dizaines d’histoires qui ne verront jamais le jour, car elles sont bancales, manquent de rythme ou ne mènent absolument nulle part. Je dis simplement que ces histoires-là me permettent de voir où j’en suis, la manière dont ma plume a changé, si j’ai réussi à apprendre de mes erreurs. Un baromètre infaillible, en quelque sorte.

J’espère qu’une autre de mes histoires verra le jour dans une nouvelle maison d’édition. J’espère que le miracle se reproduise à nouveau. Car c’est de cela qu’il est question après tout. Chaque fois que l’on achève une histoire – peu importe le format – c’est une partie de nous que l’on laisse sur le papier (ou sur une feuille Word dans ce cas précis). Et chaque fois que l’on en débute une autre, on repart de zéro. On pianote sur les touches de clavier en espérant que la magie va opérer à nouveau. Je crois que c’est Olivier Adam, au moment de la sortie de son dernier roman « Les Lisières », qui disait qu’il jouait sa peau chaque fois qu’un autre de ses livres était publié. C’est tout à fait vrai.

Pour mon banquier, je ne suis qu’un rigolo qui vit dans sa bulle. Je ne suis pas adulte parce que je n’ai pas de vrai métier et qu’écrivain – muahahahahahahahaha ! – c’est tout sauf un job. Les gens qui pensent ça ne savent rien de ce métier. Bien sûr, je ne peux qu’en parler à ma propre échelle, du bas du tout premier barreau. Mais, je connais tout de ce sentiment d’euphorie qui vous traverse lorsque vous terminez une histoire, lorsque – et je vais reprendre une citation du grand Neil Gaiman – « vous créez quelque chose qui, il y a encore une seconde, n’existait encore pas ».

Oui, je connais ce sentiment.

En attendant, portez-vous et laissez trainez vos yeux et vos oreilles.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans In the moment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s